Transversaux

Journée internationale des femmes de science

Le Fonds AXA pour la Recherche soutient 220 chercheuses dans le monde 

Loin des préjugés, les jeunes femmes osent les filières scientifiques et la recherche. C’est une réalité pour le Fonds AXA pour la Recherche qui soutient 220 chercheuses dans le monde, toutes engagées dans des projets de recherche fondamentale pour une meilleure compréhension et prévention des grands risques qui impactent nos sociétés. Ainsi, 42% des chercheurs soutenus en mécénat scientifique par AXA sont des chercheuses, alors qu’elles ne représentent que 28% de la communauté mondiale des chercheurs*.
« Nous sommes très fiers de soutenir une large communauté de chercheuses à travers le monde. Par l’excellence de leurs projets, par leur carrière internationale et leur capacité à diriger des pôles d’excellence de tout premier plan, elles démontrent le chemin parcouru par la communauté scientifique pour faire une place plus importante aux femmes. C’est un effort qui doit se poursuivre et auquel le Fonds AXA pour la Recherche souhaite contribuer davantage encore dans les années à venir. » indique Ulrike Decoene, Directrice du Fonds AXA pour La Recherche.

Qui sont les 220 chercheuses soutenues par AXA ?

44 nationalités différentes avec des chercheuses activent dans 26 pays, de Singapour aux Etats-Unis, en passant par l'Afrique du Sud

73 chercheuses engagées dans des centres de Recherche en France comme Sophia Hansson (Institut National Polytechnique de Toulouse) sur les pollutions héritées dans l'alimentation et Célestine ATYAME NTEN (Institut Pasteur ) sur les effets des insecticides sur la transmission des virus.

4 de ces femmes d'exception pilotent des programmes majeurs de recherche. C’est le cas notamment de :

  • Luisa DE COLA - Chaire AXA - Université de Strasbourg en chimie supramoléculaire, dont l'objectif est d'améliorer le potentiel santé grâce à la chimie supramoléculaire et aux nanoparticules.
  • Manami INOUE - Chaire AXA - University de Tokyo sur la santé et la sécurité humaine, dont la finalité est l'étude des facteurs de risque sur la longévité et la santé publique.
  • Katharin CASHMAN - Chaire AXA - Université de Bristol en volcanologie qui permet de comprendre et d'atténuer les catastrophes volcaniques pour les communautés locales et la sécurité aérienne.

97 pilotent des projets liés à des risques de santé pesant sur la vie humaine, 85 à des risques environnementaux et 38 à des risques socio-économiques. Découvrez l'ensemble des projets ici