Santé

Chaire AXA en informatique médicale et épidémiologie biographique

Aujourd’hui, pas moins de 347 millions de personnes dans le monde souffrent de diabète, une maladie qui devrait devenir la 7e cause de décès dans le monde d’ici 2030. Cette pathologie qui augmente le risque de maladies cardiovasculaires, de cécité et d’insuffisance rénale, représente un défi majeur pour la société, d’un point de vue sanitaire comme économique. L’ambition du professeur Colhoun est d’améliorer la prédiction des risques de diabète. Forte de sa remarquable expertise en matière d’exploitation des données de santé électroniques pour modéliser le risque de diabète, elle créera et mettra à jour des modèles prédictifs pour le diabète et les risques de complications. Le professeur Colhoun bénéficiera de l’environnement exceptionnel de l’université d’Édimbourg, réputée dans le monde entier pour sa tradition d’excellence en génétique, une discipline clé pour comprendre le diabète. L’université d’Édimbourg est en outre classée parmi les 5 meilleures du monde en science informatique, un atout majeur pour concevoir des outils préventifs efficaces.

L’utilisation de données personnelles étant un sujet délicat, le professeur Colhoun travaillera en étroite collaboration avec des spécialistes de l’apprentissage automatique et de l’informatique ainsi qu’avec des chercheurs spécialisés dans la confidentialité des données, afin de garantir l’utilisation et la protection des données. Par ailleurs, dans la mesure où la prévention n’est efficace que si les patients sont motivés, des spécialistes en sciences comportementales participeront également au programme pour identifier les mesures favorisant l’adoption de comportements sains. Le professeur Colhoun est fermement convaincue de l’importance des interventions centrées sur le patient pour encourager les comportements préventifs et éviter les traitements inutiles. C’est pourquoi elle souhaite, par ce programme ambitieux, fournir des éléments de compréhension nécessaires à la mise au point d’outils digitaux destinés à aider les patients à opter pour un mode de vie plus sain. Ses recherches permettront ainsi de faire avancer la médecine prédictive et personnalisée. Elles seront également très utiles pour développer des stratégies collectives applicables à d’autres maladies chroniques.